Logo

Prendre de la hauteur à Lombok : l’ascension du Rinjani

décembre 3, 2016 1:38
Publié par

Lombok est l’île voisine de Bali. Pour s’y rendre, deux options. Prendre un speed boat à Amed, solution rapide mais sportive. Ou, comme nous, monter dans un ferry à Padang Bai. Quatre heures de navigation tranquille, une mer d’huile ce jour-là, un soleil écrasant, nous voilà bien installés sur nos backpacks multifonctions sur le pont avant, en pleine discussion avec un français. Ses histoires rocambolesques nous occuperont bien. On a cru apercevoir une queue de baleine, on ne saura jamais ce qu’il en est.

Lembar apparaît, en même temps que l’orage. Des pêcheurs, cachés sous leurs chapeaux coniques, sont enfoncés dans l’eau jusqu’à la taille. Nous grimpons dans un shuttle afin de rallier Tetebatu, village au centre de Lombok, au sud du volcan Rinjani. Le chauffeur ne peut aller jusqu’au bout, la route est en piteux état (des travaux sont prévus incessamment sous peu), aussi deux ojek nous acheminent au point final de notre trajet, le homestay tenu par Bram. Bram est un sacré personnage, qui a de la suite dans les idées. Il a développé un modèle touristique intéressant. En effet, il travaille avec des guides locaux, et l’argent est reversé à la communauté. Nous ferons la visite des environs du village avec son neveu, une promenade de 3h entre rizières, jolie forêt peuplée de singes noirs et petite cascade, ce qui nous apprendra beaucoup. On verra notamment des feuilles de tabac séché, des cultures de piment (celui consommé localement, et celui réservé à l’exportation, moins bio et moins fort), cannelier et giroflier.

Depuis notre chambre, nous avons vue sur les bananiers et les montagnes bleues à l’horizon. Le soir, un excellent repas est servi, préparé par la femme de Bram. On peut ainsi discuter avec de nouveaux arrivants ou des amis de notre hôte. C’est aussi là que nous déciderons de faire cette folle randonnée qui nous faisait tant hésiter depuis des semaines : l’ascension vers le Rinjani. Il y a initialement deux points d’accès à ce fameux volcan, Sembalun et Senaru. Mais depuis un an, une voie est ouverte depuis les collines de Tetebatu. Cette option fait monter à trois mille mètres, au niveau du cratère. Point de descente au lac ou d’accès au sommet le plus élevé culminant à 3700 mètres, partie réputée très ardue. Mais les conditions sont toutes autres. Déjà, c’est plus facile. Bon, il faut une très bonne condition physique globale. Ensuite, de ce côté là, nous ne serons que deux, luxe suprême, quand on sait que depuis Senaru et Sembalun ce sont des centaines de tentes, et des groupes de dix trekkeurs. Et de plus, aucun déchet sur le sentier, ce qui n’est pas le cas ailleurs, véhiculant la triste réputation de décharge à ciel ouvert. Il paraît aussi que notre vue est la plus spectaculaire. Nous partons donc à six heures du matin, sous un ciel déjà bleu.

 

Avec nous, deux porteurs et notre guide, Hir, qui grimpe depuis son adolescence. L’un des porteurs effectue la montée avec vingt-cinq kilos sur le dos, et c’est son baptême. On a un peu pitié. Le paysage est beau. Forêt tropicale. Un bruissement indique la présence de singes noirs. Au loin, des chiens aboient, dressés pour chasser le cerf. Nous ne croiserons personne, si ce n’est un couple de touristes qui redescend, avec la même équipée que nous. Neuf heures plus tard, après de nombreuses pauses, nous arrivons au campement, sur une crête. Il fait frais, nos accompagnateurs installent notre tente et font un feu. Eux dormiront dehors sous un abri végétal modeste.

 

Le lendemain, réveil à 4h. Il reste une heure de montée afin d’accéder au point final. Et quel parcours, dès le réveil ! C’est fort pentu et escarpé, pas de chemin, du vent, je suis quasiment à quatre pattes. J’évite de regarder derrière moi, mais j’aperçois les lumières des villes. Enfin, le sommet. Et…WOW.

Cette vue incroyable, panoramique, indescriptible, mais je vais essayer. On ne sait plus où poser notre regard, nos yeux papillonnent, butant de colline en colline, de sommet en sommet, même pas arrêtés par la mer tout autour  ! On voit les îles Gili, Bali avec le Mont Agung et le Batur, Sumbawa l’île voisine, Kuta Lombok au sud. Et plus près de nous, en contrebas, au pied du haut Rinjani, l’intérieur du cratère, avec le lac, et son petit volcan dont le cône fume. La lave de l’éruption de Septembre a empiété sur l’eau, miroir parfait. Et pour finir, en contrebas, une mer de nuages d’un blanc cotonneux. Vous l’avez, l’image ? A ce moment-là, on se dit que c’est le plus beau paysage que nous ayons vu, et pourtant, au gré des voyages, de la magnificence, on en a consommé.

Voilà. On redescend au campement, petit-déjeuner de princes avec des œufs brouillés. Le retour sera plus rapide (5h30), mais douloureux. On marchera comme des anciens pendant deux jours. La masseuse du village passera me requinquer, mais j’ai presque envie de pleurer quand elle me touche les mollets. Un beau souvenir, contents de l’avoir fait, et avec un guide des plus sympathiques. Fabien a été rebaptisé Mr Crispy (crackers), et moi Mrs Mango, en référence à nos snacks préférés pendant ces deux jours intenses.

Infos pratiques

Rappel : en septembre 2016, le taux de change était de 14800 RP pour 1 euro environ.

– Ojek Amed > Culik 25 000 RP/pax, Bemo Culik > Amlapura 30 000 RP/pax, Bemo Amlapura > Padang Bai 25 000 RP/pax

– Ferry Padang Bai (Bali) > Lembar (Lombok) 40 000 RP/pax, départ toutes les heures. S’il y a bien un endroit où il ne faut pas écouter les balinais question transports et co, c’est à Padang Bai.

– Shuttle Lembar > Tetebatu 300 000 RP pour deux

– Tetebatu Indah Homestay 150 000 RP avec petit-déjeuner ET dîner (!)

– Promenade autour de Tetebatu avec un guide local 100 000 RP/pax (négocier si plus cher)

– Ascension du Rinjani depuis Tetebatu, deux jours une nuit avec un guide, deux porteurs, les repas et le couchage 1 500 000/pax (oui, c’est une somme, c’est plus cher que depuis Senaru et Sembalun, mais cela vaut le coup et les conditions sont meilleures). Voir avec Bram.

PHOTOS EN VRAC

tetebatublogbdtetebatublogbd-2tetebatublogbd-3tetebatublogbd-4tetebatublogbd-5tetebatublogbd-7tetebatublogbd-8tetebatublogbd-9tetebatublogbd-10tetebatublogbd-11tetebatublogbd-12tetebatublogbd-13tetebatublogbd-14tetebatublogbd-15tetebatublogbd-16tetebatublogbd-17tetebatublogbd-18tetebatublogbd-19tetebatublogbd-20tetebatublogbd-21tetebatublogbd-22tetebatublogbd-23tetebatublogbd-24tetebatublogbd-25tetebatublogbd-26tetebatublogbd-27tetebatublogbd-28tetebatublogbd-29tetebatublogbd-30tetebatublogbd-31tetebatublogbd-32tetebatublogbd-33website-6againwebsite-2website-4newwebsite2newwebsitearoundwebsite-11aroundwebsite-9aroundwebsite-8aroundwebsite-7aroundwebsite-4againwebsite-3aatetebatublogbdaatetebatublogbd-2aatetebatublogbd-3aatetebatublogbd-4aatetebatublogbd-5aatetebatublogbd-6aatetebatublogbd-7